De l'eau d'hydrogène naturelle découverte en Corée

Des études confirment l’effet bénéfique de l’eau sur la prévention du cancer

Accueil/Des études confirment l’effet bénéfique de l’eau sur la prévention du cancer
Des études confirment l’effet bénéfique de l’eau sur la prévention du cancer 2016-11-08T09:31:30+00:00

Prévention du Cancer par l’eau concentrée en hydrogène

 

Des études confirment l’effet bénéfique de boire de l’eau sur la prévention du cancer en plus d’autres facteurs de style de vie, comme l’évitement ou la cessation du tabagisme, de la modération de la consommation d’alcool, et le traitement ou la prévention de l’obésité. 

 

La sagesse conventionnelle affirme que l’on devrait consommer au moins huit verres d’eau par jour pour se maintenir en bonne santé, ce qui est logique compte tenu du fait que le corps humain est constitué d’environ 75% d’eau. Mais l’importance d’un apport adéquat en eau va bien au-delà que simplement d’éviter la déshydratation, car l’eau pourrait être le « nutriment » le plus important pour une désintoxication efficace et la prévention du cancer.

Du point de vue d’une saine digestion, l’eau est essentielle pour faire avancer les choses. Elle pousse la nourriture le long dans le tractus intestinal, tout en aidant l’intestin à rester lubrifié et flexible. L’eau contribue aussi à éliminer les toxines du tractus digestif, ce qui empêche leur accumulation et toute maladie qui en résulte, en particulier le cancer du côlon.

L’eau apporte également les nutriments au système cellulaire du corps, composante fondamentale primaire de la structure même des cellules. Tout, de la température du corps à la synthèse des éléments nutritifs, l’élimination des toxines, le maintien à niveau, est régit par les cellules, qui doivent absolument recevoir un apport optimal d’eau afin d’exercer leurs fonctions vitales.

Selon le United States Geological Survey (USGS), l’eau crée la salive utilisée pour la digestion, maintient le niveau approprié d’humidité de la membrane, favorise la croissance, la survie et la reproduction des cellules; évacue déchets (principalement sous la forme d’urine), et lubrifie les articulations. Elle contribue également à la fabrication des hormones et des neurotransmetteurs dans le cerveau, contrôle la température du corps par la transpiration et la respiration, protège l’intégrité structurelle du cerveau et de la moelle épinière, décompose et convertit les aliments pour la nutrition, et fournit l’oxygène à travers le corps.

L’eau permet également de protéger les organes vitaux, en particulier la vessie, le côlon, le sein et les tissus, contre le cancer. Une recherche publiée dans le Journal of Clinical Oncology révèle que la consommation d’eau est inversement liée à chacun de ces types de cancer; ce qui signifie que plus d’eau qu’une personne boit, moins il est probable qu’il ou elle développe ces affections potentiellement mortelles.

Des chercheurs israéliens ont évalué une série d’études portant sur l’apport hydrique par rapport au cancer et ont découvert que le maintien d’une hydratation optimale est essentielle pour contrecarrer cette maladie de plus en plus commune. Une étude a identifié une corrélation statistiquement significative entre l’apport hydrique élevé et une diminution du risque de cancer de la vessie chez près de 50.000 participants.

« Lorsque l’apport hydrique a été modélisé en tant que variable continue, le risque de cancer de la vessie a diminué de 7% pour chaque augmentation de 240 ml d’apport quotidien en liquide, » l’examen de l’étude explique. « Les participants à l’étude dans le quintile le plus élevé de consommation de liquide avaient une incidence de 49% plus faible de cancer de la vessie que ceux du quintile le plus bas. »

La recherche correspondante a identifié l’apport hydrique élevée comme réducteur du risque d’adénocarcinome du côlon chez les hommes et les femmes d’âge moyen. Les participants qui ont bu au moins cinq verres d’eau par jour se sont avérés avoir un risque significativement réduit de cancer du côlon par rapport à ceux qui ne buvaient que deux verres d’eau ou moins par jour.

« Cela donne à penser que l’augmentation de la consommation d’eau peut avoir un rôle important dans la réduction du risque de cancer du côlon en diminuant le temps de transit intestinal, réduisant le contact des muqueuses avec des agents cancérigènes, ainsi que par la diminution de la concentration de substances cancérigènes », rapporte le Journal of Clinical Oncology.

 

La plupart des gens ne réalisent pas qu’une carence en ce « nutriment-clé  » peut causer tant de maux, y compris le cancer. Êtes-vous certain de boire suffisamment d’eau, et ce, tous les jours ? 

Partagez cette information avec vos amis pour vous assurer qu’ils le font !

 Bien sûr, pas n’importe quelle eau. L’eau du robinet comme l’eau en bouteilles plastiques contient des cancérigènes : trihalométhanes, BPA, dioxyde d’antimoine, etc. En revanche, l’eau Kangen est pure et riche en antioxydants réparateurs :

Cancer et Kangen– Des patients atteints de cancer qui subissent des traitements de radiothérapie entrent dans une période difficile. Ironiquement, ces traitements diminuent la qualité de vie après chaque séance, les patients finissent toujours dans de la fatigue extrême. Le célèbre Dr Nakao a mené une étude en 2011 impliquant 49 patients atteints de cancer du foie qui subissaient une radiothérapie. La consommation suggéré était de deux litres d’hydrogène d’eau riche pendant six semaines. Les résultats ont montré une diminution des lésions des cellules avec l’eau riche en hydrogène par rapport à l’eau du robinet. En fin de compte, l’objectif était de prouver qu’eux aussi pouvaient jouir de meilleures conditions de vie (voir plus bas).

 

 

Références

  1. Greenwald P: Cancer prevention clinical trials.J Clin Oncol20:14S-22S, 2002 (suppl 18)
  2. Michaud DS, Spiegelman D, Clinton SK, et al: Fluid intake and the risk of bladder cancer in men. N Engl J Med 340:1390-1397, 1999

CrossRefMedline

  1. Bitterman WA, Farhadian H, Abu Samra C, et al: Environmental and nutritional factors significantly associated with cancer of the urinary tract among different ethnic groups.Urol Clin North Am 18:501-508, 1991

Medline

  1. Wilkens LR, Kadir MM, Kolonel LN, et al: Risk factors for lower urinary tract cancer: The role of total fluid consumption, nitrites and nitrosamines, and selected foods. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 5:161-166, 1996

Abstract/FREE Full Text

  1. Oyasu R, Hopp ML: The etiology of cancer of the bladder.Surg Gynecol Obstet 138:97-108, 1974

Medline

  1. Braver DJ, Modan M, Chetrit A, et al: Drinking, micturition habits, and urine concentration as potential risk factors in urinary bladder cancer. J Natl Cancer Inst 78:437-440, 1987
  1. Kadlubar FF, Dooley KL, Teitel CH, et al: Frequency of urination and its effects on metabolism, pharmacokinetics, blood hemoglobin adduct formation, and liver and urinary bladder DNA adduct levels in beagle dogs given the carcinogen 4-aminobiphenyl. Cancer Res 51:4371-4377, 1991

Abstract/FREE Full Text

  1. Shannon J, White E, Shattuck AL, et al: Relationship of food groups and water intake to colon cancer risk. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 5:495-502, 1996

Medline

  1. Tang R, Wang JY, Lo SK, et al: Physical activity, water intake, and risk of colorectal cancer in Taiwan: A hospital-based case-control study. Int J Cancer 82:484-489, 1999

CrossRefMedline

  1. Uccheddu A, Murgia C, Licheri S, et al: The incidence of 1, 2-dimethylhydrazine-induced colonic neoplasms in the rat: The effect of constipation. G Chir 12:572-574, 1991

Medline

  1. Stookey JD, Belderson PE, Russell JM, et al: Correspondence re: J. Shannon et al, Relationship of food groups and water intake to colon cancer risk. Cancer Epidemiol, Biomarkers & Prev., 5:495-502. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 6:657-658, 1997

Medline

  1. Hohenegger M, Laminger U, Om P, et al: Metabolic effects of water deprivation. J Clin Chem Clin Biochem 24:277-282,1986

Medline

 


SANTERince les toxines et les radicaux libres de votre corps

Hydrate votre corps et élimine l’inconfort causé par la déshydratation.

Aller plus loin sur le sujet :

Eau Kangen et Cancer (et protocole)

A

L’eau « Curative », son origine et son efficacité   

 

 

 

 

Fournit des antioxydants puissants qui réduisent les effets néfastes du processus de vieillissement naturel.

Le meilleur moment pour commencer un programme de prévention
c’est maintenant !

Fournit des antioxydants puissants qui réduisent les effets néfastes du processus de vieillissement naturel.

les utilisations de l’eau Kangen les utilisations de l’eau Kangen les utilisations de l’eau Kangen les utilisations de l’eau Kangen

021c7dd877bd7e96373731fbd161af58RRRRRRRRRRRRRR
7 Partages
Partagez7
+1
Email